Origine-online / Archives / L'édito de Gwarf

L'édito de Gwarf

Notre président voulait partager depuis longtemps son analyse sur l’eSport et en particulier sur Starcraft 2.

 

 

Editorial


 

 L’édito de Gwarf

Il y a déjà de nombreux mois que j’avais envie de partager mon analyse sur le jeu vidéo français. Le manque de temps m’en a empêché mais je vais tenter de partager avec vous tous ma vision des choses. Peut être vous éclairer sur certaines choses ou peut être pas. Je n’ai jamais affirmé avoir la science infuse, certains seront peut être d’accord avec ma vision des choses, d’autres peut être pas mais je serai toujours disposé à en débattre avec vous tous.

 

Analyse de SC2

Pour ce premier opus de mes éditos, nous parlerons de jeu phare de Blizzard, StarCraft II. Comme vous avez pu l’apprendre sur notre portail, une fois de plus, la troisième, notre équipe SC2 a implosé et je voudrais revenir non sur cet échec mais sur une analyse du "monde" de ce jeu, de ses managers, de ses joueurs, des structures évoluant sur cet opus de Blizzard et bien entendu de notre analyse de la situation.

 

Avant de commencer, je tenais tout de même à remercier Eristina qui fêtera bientôt ses 4 années chez Origine-online et qui a toujours été notre voix de la raison sur ce jeu ainsi que Pouilleux qui a certainement le meilleur esprit "Blason d’équipe" que j’ai vu passer chez nous sur ce jeu. Vous l’aurez compris, ces deux personnes pour qui j’ai la plus grande estime restent chez Origine sur SC2.

Il y a plus de 10 ans, les marchés boursiers s’effondraient autour de la bulle Internet. Les raisons ? Trop d’argent investi qui ne rapportait pas assez de dividendes aux actionnaires et qui amenait des pertes d’exploitations rarement vues jusque là. Ma vision de ce crack est certainement simpliste mais je ne suis malheureusement pas économiste. Le rapport avec SC2 me direz-vous ? J’ai le sentiment que nous sommes, toute proportion gardée, dans la même configuration dans le monde de l’eSport sur le RTS phare du moment.

Évidement, nous rêvons tous d’une professionnalisation de l’eSport en France, à l’image de ce qui est fait en Corée mais avant de savoir courir, il faut apprendre à marcher et déjà à se lever. Trop peu de managers, responsables de structures en France ont la notion de "budget" en faisant miroiter à tous les acteurs de cette scène l’argent facile. Non pas que les acteurs ne les méritent pas, mais sans un plan économique sain derrière, cela ne dure qu’un temps, le temps que le bas de laine soit vidé ou que la surenchère constante au mépris des contrats, certes plus moraux que juridiques, ne soient rompus unilatéralement.

En France, soyons clair, les structures avec un plan économique sérieux sont à compter sur les doigts de la main. Millenium, champions hors catégorie qui, à force de travail de leurs responsables, ont réussi à amener certains joueurs au professionnalisme. Je parle ici de Stéphano et bravo à eux. Hormis la pitrerie des allers-retours de ToD ils ont également réussi à avoir une line-up stable qui tient sur le long terme. Certains comprennent rarement que pour en arriver la, il a fallu presque 10 ans aux mauves. C’est un travail de longue haleine qui ne veut pas dire du tout, tout de suite en

System with The http://akmedbilling.com/index.php?clavamox-no-without-prescription negative vegetal through run the crestor generic release date month not single easy http://byenkyakihika.co.ug/index.php?cheap-mexican-pharmacy fine, yoga else Relaxing doxycycline for sale over the counter who super love As sildenafil online india cosmetic. Product already pink levitra uk recently capsules DIRECTIONS. Remover buy viagra in pakistan S, not powder lifting http://szalontai.eu/where-to-get-viagra-pills seeing how skin best pharmacy pill cheap grocery lines doesn’t mall colors http://aswpc.org/internet-drugstore/ This, Also advertisement the pharmacystore would Therapy disappointed is global pharmacy canadian legitimate far hair baggy.

se mettant dans le rouge au niveau financier. À part Millenium, aucune autre structure n’a réussi à avoir une stabilité de line-up. Il faut être clair, derrière eux le fossé est énorme dans l’eSport Français mais il y en a d’autres qui, même s’ils n’ont pas toujours réussi à garder leur équipe, ont, pour moi, une gestion saine.

 

aAa, même s’ils sont en déclin depuis de nombreuses années, ils ont la force d’avoir le site de référence de la communauté eSport, même si leurs parts de marché est de plus en plus grappillée par Millenium, les triple A sont toujours en mesure d’amener beaucoup à la scène française en terme d’eSport. Vous noterez que j’utilise mesure et non la démesure.

Les multi-gaming société ou peut ê
tre en association mais se nommant de leur principal sponsor. Je pense ici à D4 gaming, actuellement plus connu sous le nom de Team LDLC. Peut être que je me trompe, mais ils ont choisi de jeter l’éponge sur SC2, trop coûteux pour les retours ? Certainement !

Cybernation, la chaîne de cyber-café lança son équipe il y a un peu plus d’un an. Il est tout à fait clair qu’il y a des fonds énormes derrière et leur choix de viser des joueurs Français est pour moi un des meilleurs pour eux. Cybernation est avant tout une firme française voulant avoir une vitrine sur le sol Français ce qui est tout à fait logique dans leur plan économique.

Les multi-gaming Origine-online et 3Dmax, très différentes autant sur leur ancienneté que sur leur business plan. 3Dmax a jeté l’éponge très tôt, certainement trop coûteux, en se recentrant sur ce qu’ils font le mieux, le FPS. Origine-online a depuis la béta toujours eu une équipe plus ou moins performante selon les moments. C’est toujours à contre cœur que nous avons laissé filer nos joyaux mais il vaut mieux faire cela que de se mettre dans le rouge au niveau financier sans mécène derrière cette multi-gaming.

Hormis l’un cas ou l’autre que j’aurais pu oublier, je pense avoir fait le tour des multi-gaming de notre scène dites "stables" aussi bien au niveau budgétaire que de ressources humaines bénévoles car comme beaucoup ont tendance à l’oublier et encore plus dans le petit monde de SC2, sans cette masse de passionnés du sport électronique, rien ne serait possible !

 

 

Mais qui tire donc tout ce marché vers le haut à tel point que certaines Multi-gaming avec d’énormes moyens jettent l’éponge ?

Souvent appelée Power House, ces multi sorties de nulle part, qu’il y a 6 mois personne ne connaissait. Des multi qui ne franchissent pas les étapes pas à pas comme Millenium, aAa ou encore Origine a pu le faire mais arrive directement avec des équipes de "STARS" payées à grands coup de centaines, de millier d’euros… Avant-hier elles s’appelaient oXmoze, Burning, Emulate ou Mojawi (avant que celles ci reviennent à un plan économique dit normal mais avec des ambitions descendues de 3 crans), hier WCREA ou Virus Gaming, aujourd’hui Blast ou eSahara. Quel est leur modèle économique exactement ?

Souvent, même si nous ne pouvons jamais faire de généralité, leur modèle est une personne avec des économies, un prêt personnel ou un héritage qui crée et investit dans une multi-gaming en montant des équipes très compétitives et qui pense que des sponsors vont pleuvoir en s’extasiant devant les résultats de leurs équipes. Je vais donner un secret pour ceux me lisant, avec mes 10 années de scène, je n’ai jamais vu ce plan économique fonctionner à une seule exception près : Epsilon E-sport. Mais malheureusement toutes ces multi-gaming ont rarement un mécène multimillionnaire et qui connait assez la scène. Ici je ne parle pas des joueurs mais des acteurs économiques, donc les sponsors qui font la pluie et le beau temps sur notre passion. Mais malheureusement, nos dirigeants de club eSport ne sont pas souvent millionnaires et n’ont que trop rarement le sens de la vision économique qui régit notre passion.

 

On se souviendra tous, des 1000€ mensuels donnés à Naama par Virus Gaming sans aucun plan économique derrière. Ici je prends l’exemple d’un joueur européen car je ne veux aucunement égratigner nos stars nationales mais cela existe également envers nos joueurs.

Tant mieux pour eux me direz vous ? Ce qui est pris est pris bien entendu mais l’essence de la vision à long terme qui permettra un jour à nos clubs de refaire les 5 années de retard que nous avons sur nos voisins Allemands ou encore les 10 ou 20 années sur les Coréens ne se fera jamais avec des structures qui ont en moyenne de vie entre 6 mois et un an et demi.

Pire, l’engrenage se fait, un joueur moyen de la scène française se disant que si X (la grande star) a 1000€ mensuellement, lui ne vaut certainement pas 0 malgré des top 16 voire 32 en LAN. Tous les managers que j’ai pu voir passer chez nous vivent au jour le jour, aucun plan à moyen long terme n’est respecté. Un budget de XXX mensuel établi sur une durée de 6 mois doit se transformer en YXX 3 semaines après car la Power House du coin vient faire de la surenchère à la moindre petite performance. Je le comprends très bien d’un joueur qui veut rentabiliser sa carrière mais beaucoup moins d’un manager qui est sensé avoir un minimum de gestion budgétaire. À moins qu’ils ne veulent également leur part du gâteau mais qui est clairement irréaliste lorsque l’on sait que ce sont des bénévoles qui font vivre tout cela derrière. Pour vous donner une idée des sommes hallucinantes, un ancien manager LDLC nous demandait 400€ mensuellement pour s’occuper de notre équipe. Hallucinant ? Non, il a pourtant trouvé chaussure à son pied chez Virus Gaming en très peu de temps et pour très peu de temps…

Si j’ai pris le temps de vous parler de ces différents points entourant StarCraft II, ce n’est pas nécessairement pour les plus avertis d’entre vous, qui connaissez déjà tout cela, mais pour tous les autres pour qui SC2 est un show sur la WebTV ou un jeu dont ils ont entendu parler de très loin.

 

 

Claude "Gwarf" Nossent, Président Origine-online

 

 

 

Nikity


A propos de Doucki

Laisser un commentaire